Hommage à Jean Grenet au dernier Conseil municipal de sa mandature

Henri-Etcheto-Jean-GrenetMonsieur le Maire, mes chers collègues,

Monsieur le Maire, ce ne sera pas facile de parler après Henri Labayle qui a pris ce soir des accents dignes de Bossuet pour vous rendre avec éloquence et sincérité cet hommage mérité. Il parlait d’ailleurs d’un conseil inhabituel ce soir. Inhabituel à un autre titre encore puisque je vais mêler ma voix à la sienne alors que nous avons été plutôt été habitués à ferrailler, parfois rudement, au cours des six ans qui viennent de s’écouler.

Au nom de mon groupe, je tiens tout d’abord à saluer toutes les collègues et tous les collègues, de la majorité et des oppositions avec lesquels nous avons siégé depuis 2008… Vous nous avez souvent taquinés sur la pluralité grandissante de nos oppositions au fil du mandat, je me permets de vous rendre d’ailleurs amicalement la taquinerie ce soir tant votre majorité apparaît elle-même de plus en plus plurielle au fil de cette campagne. Au-delà de cette boutade, nous savons toutes et tous ici ce qu’un mandat politique implique de sacrifice personnel, de dévouement et de don de soi au quotidien lorsque l’on veut bien s’en acquitter dignement. Avec les élus, je tiens à saluer également les services et tous les fonctionnaires municipaux qui nous accompagnés dans notre mandat et qui nous ont permis de l’exercer du mieux possible.

Bien entendu, cette séance est surtout votre dernier conseil, Monsieur le Maire… Même si vous reviendrez installer la prochaine représentation municipale lors de sa première séance. C’est donc un événement en soi… Vous avez été maire pendant 20 ans, succédant à votre père qui avait lui-même accompli 6 mandats et 35 ans à la tête de la Ville. Le demi-siècle écoulé à Bayonne a donc été celui des Grenet qui ont su conserver durant cette longue période la confiance de leurs concitoyens.

Ce n’est certainement pas aujourd’hui le temps du bilan : en professionnel de l’Histoire, je sais qu’il faut pour cette entreprise un petit peu plus de recul et un peu plus de détachement que ne l’autorise une période électorale… En revanche, c’est bien le temps de l’hommage. Après celui exprimé par Henri Labayle au nom de votre majorité, je souhaite vous rendre l’hommage de votre opposition de Gauche.

Je me permettrai également de dire que je parle ici en mon nom, en celui de mes amis ici présents, mais également au nom des élus de Gauche qui nous ont précédé dans ces rangs au cours des mandatures précédentes : Nicole Péry en premier lieu, mais aussi les autres élus qui ont siégé à ses côtés, y compris les grands disparus, Michel Larrouturou et Pierre-Claude Duprat dont je sais qu’ils auraient parfaitement adhéré à cet hommage.

Monsieur le Maire,

Nous saluons le Bayonnais dévoué à sa ville et qui lui a consacré vingt ans de sa vie, avec une passion sincère et intacte.

Nous saluons l’homme public qui a su faire avancer avec énergie et conviction les politiques qu’il a jugées prioritaires

Nous saluons l’homme authentique qui, avec son tempérament affirmé, a été un premier magistrat humain et proche des gens.

Nous saluons enfin l’homme politique de caractère avec lequel nous avons pu faire vivre la démocratie bayonnaise, nous l’espérons, avec panache et dignité…

Alors justement, nous n’avons pas été tout le temps d’accord sur tout, chacun le sait bien. Mais la contradiction et le débat sont l’essence même de la vie démocratique et nous les devons aux concitoyens qui nous ont désignés pour les tenir… Nos échanges ont parfois été vifs car nous avons l’un et l’autre des caractères assez trempés. Mais même lorsqu’il y a eu confrontations, elles sont restées franches et loyales… La politique ce n’est pas la guerre, mais c’est parfois une lutte et un sport de contact… Le respect se gagne aussi souvent par la confrontation, à condition que celle-ci reste saine et loyale, et à condition de ne pas s’y laisser enfermer. Je crois que cela a été le cas entre nous.

En accédant aux responsabilités dans les exécutifs régional, départemental ou au Parlement, depuis quelques années, nous avons pu également travailler ensemble sur de nombreux dossiers majeurs. Nous avons su œuvrer en bonne intelligence pour les faire avancer : sur la question du Port, celles du TCSP ou du contrat de territoire, le maintien de la CAF de Bayonne, et bien d’autres encore nous avons poussé ensemble et dans le même sens avec en tête ce souci commun de l’intérêt de notre ville et de nos concitoyens.

Monsieur le Maire,

Nous avons été heureux de siéger avec vous au cours de cette mandature. Pour les élus novices que nous étions en 2008 (à l’exception de Colette), nous reconnaitrons bien volontiers que nous avons beaucoup appris à votre contact, et que c’était sans doute là une excellente formation qui nous a particulièrement bien préparés à exercer les responsabilités auxquelles nous prétendons désormais.

Monsieur le Maire,

Avec toute l’estime et l’affection très sincères que nous vous portons, nous vous souhaitons de trouver dans la vie nouvelle qui vous attend dans quelques semaines tout le bonheur auquel vous êtes largement en droit d’aspirer.

Grenet-derniere

Les commentaires sont fermés.