Une ville rayonnante

Ville-rayonnanteLe potentiel culturel bayonnais est riche mais insuffisamment exploité aujourd’hui. Il s’agit pourtant d’un levier que nous entendons actionner pour donner du sens à la vie collective. La culture construit notre identité mais aussi la démocratie et l’épanouissement social en rapprochant les habitants. La culture est enfin une porte et une ouverture : pour participer au monde, à l’universel et s’en nourrir, mais aussi pour rayonner et contribuer à l’attractivité de notre ville.

La culture pour nourrir notre démocratie

Parce que la culture est un instrument formidable d’émancipation démocratique et sociale, sa mise à la portée de tous sera une priorité municipale. La culture s’adressera d’abord aux jeunes à travers notre Projet éducatif dans les écoles, et en appuyant les associations et les initiatives valorisant la création culturelle dans les domaines de la musique et du spectacle. Nous soutiendrons également l’implantation des structures de musiques actuelles et de culture numérique.

Bayonne-musique Lire la suite

Le 23 mars, votez Bayonne ville ouverte !

Nous menons campagne depuis de longs mois. L’heure de l’élection approche et c’est un choix majeur pour l’avenir de notre ville que vous aurez à faire le dimanche 23 mars. Bayonne a besoin de faire confiance à de nouvelles générations. J’ai rassemblé autour de moi des femmes et des hommes nouveaux, compétents, unis et animés par l’ambition sincère de servir notre cité et ses habitants sans esprit partisan. Le dimanche 23 mars vous pourrez voter en toute confiance pour la liste que je conduis parce qu’elle est la plus apte et la mieux préparée à construire notre Bayonne de demain.

Image de prévisualisation YouTube

Une vision ambitieuse, cohérente et partagée pour l’Agglomération

L’ambition urbaine que nous portons est partagée avec les communes voisines : Anglet, Biarritz, Bidart et Boucau. Parce qu’aujourd’hui un grand nombre d’enjeux et de dossiers ne peuvent se traiter qu’à cette échelle, nous avons engagé depuis plusieurs mois un travail commun et approfondi. C’est donc en entente étroite avec leurs voisins que les Bayonnais doivent œuvrer au développement harmonieux du territoire dans l’intérêt de tous. Notre Manifeste pour l’agglomération présente 10 engagements concrets.

 

Nous sommes prêts

equipe-engagee-bayonneCela fait aujourd’hui plus d’un an que nous avons tenu notre premier séminaire de travail autour de l’avenir de notre ville et de notre agglomération. À bientôt dix jours du premier tour de l’élection municipale et en gage de sérieux et de transparence, nous présentons notre proposition de gouvernance et d’équipe exécutive  aux Bayonnaises et aux Bayonnais afin qu’ils puissent faire leur choix en toute connaissance de cause.

Cette équipe a été formée sur la base de l‘engagement, du renouvellement, des compétences et des capacités à agir en commun pour servir l’intérêt général de notre ville et de ses habitants. Elle s’appuie sur la mobilisation de l’ensemble des colistier(e)s de « Bayonne ville ouverte » pleinement investi(e)s dans notre projet.

D’ores et déjà, cette équipe est prête à assumer les responsabilités que nos concitoyens pourront nous confier.

  • Mathieu Bergé, adjoint à la gouvernance, à la démocratie locale et au développement durable.
  • Jean-Michel Uhaldeborde, adjoint aux finances, à la fiscalité et à l’évaluation des politiques publiques.
  • Michèle Lorgery, adjointe aux personnels, aux bâtiments et aux équipements municipaux.
  • Marie-Christine Aragon, adjointe au commerce et au tourisme.
  • Christian Murat, adjoint aux solidarités.
  • Caroline Thicoïpé, conseillère municipale déléguée aux seniors.
  • Jean-Claude Soudre, adjoint à l’habitat et au logement.
  • Marie-Hélène Ville, adjointe à l’urbanisme.
  • Isabelle Labadie-Lemière, adjointe au cadre de vie et à l’environnement urbain.
  • Mokrane Oukhemanou, conseiller municipal délégué aux travaux et à la tranquillité publique.
  • David Ospital, adjoint à l’éducation, à la petite enfance et à la jeunesse.
  • Aurélie Couret, adjointe à la culture.
  • Mixel Esteban, conseiller municipal délégué aux patrimoines culturels, aux langues et à l’action transfrontalière.
  • Sophie Herrera, adjointe aux sports, aux loisirs et au bien-être.
  • Hervé Pallas, adjoint à la vie associative.

Une ville en mouvement

Ville-en-mouvementNotre politique sportive s’inscrira dans un principe de transversalité, en cohérence avec nos politiques éducative, sociale, culturelle, environnementale, de prévention, de santé… Bayonne dispose d’atouts majeurs en matière de sport, avec plus de cinquante associations et de nombreux équipements. Dans la concertation avec les acteurs du monde sportif, nous valoriserons ce riche potentiel en le mettant au service de tou(te)s les bayonnais(es).

Des « assises permanentes du sport »

Nous souhaitons fédérer les acteurs sportifs de la ville dans le cadre d’« Assises permanentes du sport et des activités physiques » en vue d’élaborer un Projet sportif bayonnais concerté et partagé. Le premier objectif des Assises sera d’établir un état des lieux du sport à Bayonne afin de repérer les atouts et les nouveaux besoins à intégrer.

Forts de ce diagnostic, nous conforterons l’action des nombreuses associations parties prenantes de la richesse sportive bayonnaise. Nous encouragerons et nous accompagnerons les initiatives qui s’inscriront en cohérence avec le Projet sportif bayonnais.

Le soutien accordé aux associations répondra aux exigences d’équité, de lisibilité et de transparence. Elles seront garanties par la généralisation des conventions d’objectifs et de moyens, par des critères pertinents d’attribution des subventions, par une contractualisation juste et claire de la Ville avec l’Aviron Bayonnais Rugby Pro.

Bayonne-rugby Lire la suite

L’égalité pour les femmes est un combat toujours d’actualité

Image de prévisualisation YouTube

8 mars, journée internationale des Femmes

Journée historique de lutte des femmes, pour leurs droits politiques, leurs droits sociaux dès le début du XIXème siècle, la date du 8 mars est officialisée par l’ONU en 1977 et reconnue par la France en 1982 .

Lors de la conférence internationale des femmes socialistes, le 8 mars 1910, Clara Zetkin, proposa la création de la journée internationale des femmes, une journée de manifestation annuelle afin de militer pour le droit de vote, l’égalité entre les sexes et le socialisme. C’est l’origine de la journée internationale des droits des femmes.

Sous l’influence du mouvement des femmes qui s’est progressivement organisé au cours des XIXème et XXème siècle, des progrès majeurs ont été réalisés.

L’accès à l’éducation, base de l’émancipation et de la citoyenneté a progressé régulièrement au cours du 19ème siècle. La gratuité de l’enseignement élémentaire public (en 1881) et la scolarité obligatoire l’a généralisé à l’ensemble des filles.

Avec l’avènement de l’ère industrielle, se développa le salariat féminin, mais les femmes ont du mener un combat de près de 10 ans pour disposer directement de leur salaire (1907). Le droit à l’exercice d’un travail rémunéré fut le résultat de mutations profondes et chaque avancée vers l’égalité des droits a nécessité des luttes longues. C’est, en effet depuis 1965 seulement que les femmes mariées peuvent ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur mari.

Le combat pour l’égalité s’est également concrétisé avec le droit de vote en 1944, le droit à disposer de son corps avec la contraception en 1967 et l’avortement en 1975 et le droit à la sécurité avec la criminalisation du viol en 1980 et les lois contre les violences conjugales en 2010.

Cependant, si le droit est nécessaire, il n’est pas suffisant, il faut qu’il soit appliqué. Que ce soit en matière de parité ou d’égalité salariale, la réalité est encore bien en retrait.

La Journée internationale des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité. Car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la célébrer.

Deux thèmes forts nous mobiliseront pour ce 8 mars 2014 : la loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes adoptée par l’Assemblée Nationale qui constitue une nouvelle et importante avancée des droits des femmes en France et malheureusement le recul du droit à l’IVG en Espagne qui nous fait prendre conscience de la fragilité des acquis des luttes passées et de la nécessaire vigilance dont nous devons faire preuve.

Les débats récents tant dans l’hémicycle que dans la rue a révélé des positions que l’on pensait révolues. Une partie de la population minoritaire mais très active se mobilise depuis quelques années et se structure pour combattre les avancées qui jalonnent le chemin vers l’égalité femmes-hommes.

Nous ne devons pas baisser la garde, nous devons rester mobiliséEs et refuser toute régression en France comme dans le reste du monde et tout particulièrement en Espagne qui semble constituer un test pour les franges les plus réactionnaires européennes.

Ne les laissons pas nous voler nos libertés.

Les colistiers et colistières de « Bayonne ville ouverte »

Hommage à Jean Grenet au dernier Conseil municipal de sa mandature

Henri-Etcheto-Jean-GrenetMonsieur le Maire, mes chers collègues,

Monsieur le Maire, ce ne sera pas facile de parler après Henri Labayle qui a pris ce soir des accents dignes de Bossuet pour vous rendre avec éloquence et sincérité cet hommage mérité. Il parlait d’ailleurs d’un conseil inhabituel ce soir. Inhabituel à un autre titre encore puisque je vais mêler ma voix à la sienne alors que nous avons été plutôt été habitués à ferrailler, parfois rudement, au cours des six ans qui viennent de s’écouler.

Au nom de mon groupe, je tiens tout d’abord à saluer toutes les collègues et tous les collègues, de la majorité et des oppositions avec lesquels nous avons siégé depuis 2008… Vous nous avez souvent taquinés sur la pluralité grandissante de nos oppositions au fil du mandat, je me permets de vous rendre d’ailleurs amicalement la taquinerie ce soir tant votre majorité apparaît elle-même de plus en plus plurielle au fil de cette campagne. Au-delà de cette boutade, nous savons toutes et tous ici ce qu’un mandat politique implique de sacrifice personnel, de dévouement et de don de soi au quotidien lorsque l’on veut bien s’en acquitter dignement. Avec les élus, je tiens à saluer également les services et tous les fonctionnaires municipaux qui nous ont accompagnés dans notre mandat et qui nous ont permis de l’exercer du mieux possible.

Bien entendu, cette séance est surtout votre dernier conseil, Monsieur le Maire… Même si vous reviendrez installer la prochaine représentation municipale lors de sa première séance. C’est donc un événement en soi… Vous avez été maire pendant 20 ans, succédant à votre père qui avait lui-même accompli 6 mandats et 35 ans à la tête de la Ville. Le demi-siècle écoulé à Bayonne a donc été celui des Grenet qui ont su conserver durant cette longue période la confiance de leurs concitoyens.

Ce n’est certainement pas aujourd’hui le temps du bilan : en professionnel de l’Histoire, je sais qu’il faut pour cette entreprise un petit peu plus de recul et un peu plus de détachement que ne l’autorise une période électorale… En revanche, c’est bien le temps de l’hommage. Après celui exprimé par Henri Labayle au nom de votre majorité, je souhaite vous rendre l’hommage de votre opposition de Gauche.

Je me permettrai également de dire que je parle ici en mon nom, en celui de mes amis ici présents, mais également au nom des élus de Gauche qui nous ont précédé dans ces rangs au cours des mandatures précédentes : Nicole Péry en premier lieu, mais aussi les autres élus qui ont siégé à ses côtés, y compris les grands disparus, Michel Larrouturou et Pierre-Claude Duprat dont je sais qu’ils auraient parfaitement adhéré à cet hommage.

Monsieur le Maire,

Nous saluons le Bayonnais dévoué à sa ville et qui lui a consacré vingt ans de sa vie, avec une passion sincère et intacte.

Nous saluons l’homme public qui a su faire avancer avec énergie et conviction les politiques qu’il a jugées prioritaires

Nous saluons l’homme authentique qui, avec son tempérament affirmé, a été un premier magistrat humain et proche des gens.

Nous saluons enfin l’homme politique de caractère avec lequel nous avons pu faire vivre la démocratie bayonnaise, nous l’espérons, avec panache et dignité…

Alors justement, nous n’avons pas été tout le temps d’accord sur tout, chacun le sait bien. Mais la contradiction et le débat sont l’essence même de la vie démocratique et nous les devons aux concitoyens qui nous ont désignés pour les tenir… Nos échanges ont parfois été vifs car nous avons l’un et l’autre des caractères assez trempés. Mais même lorsqu’il y a eu confrontations, elles sont restées franches et loyales… La politique ce n’est pas la guerre, mais c’est parfois une lutte et un sport de contact… Le respect se gagne aussi souvent par la confrontation, à condition que celle-ci reste saine et loyale, et à condition de ne pas s’y laisser enfermer. Je crois que cela a été le cas entre nous.

En accédant aux responsabilités dans les exécutifs régional, départemental ou au Parlement, depuis quelques années, nous avons pu également travailler ensemble sur de nombreux dossiers majeurs. Nous avons su œuvrer en bonne intelligence pour les faire avancer : sur la question du Port, celles du TCSP ou du contrat de territoire, le maintien de la CAF de Bayonne, et bien d’autres encore nous avons poussé ensemble et dans le même sens avec en tête ce souci commun de l’intérêt de notre ville et de nos concitoyens.

Monsieur le Maire,

Nous avons été heureux de siéger avec vous au cours de cette mandature. Pour les élus novices que nous étions en 2008 (à l’exception de Colette), nous reconnaitrons bien volontiers que nous avons beaucoup appris à votre contact, et que c’était sans doute là une excellente formation qui nous a particulièrement bien préparés à exercer les responsabilités auxquelles nous prétendons désormais.

Monsieur le Maire,

Avec toute l’estime et l’affection très sincères que nous vous portons, nous vous souhaitons de trouver dans la vie nouvelle qui vous attend dans quelques semaines tout le bonheur auquel vous êtes largement en droit d’aspirer.

Grenet-derniere